Le sort du logement familial en cas de divorce

16 / 05 / 11
Actualités générales Droit de la Famille
En cas de divorce, le logement familial connait un sort différent selon qu'il est la propriété des deux époux, la propriété d'un seul ou encore qu'il est un bien loué par les deux époux.


Logement familial et divorce

© richard villalon - Fotolia.com
Le logement de la famille est le local choisi d'un commun accord par les deux époux, et sert effectivement de résidence principale à  ces derniers, à  leurs enfants, avec les meubles meublant les garnissant.
Parce qu'il constitue un lieu « essentiel à  la vie, la sécurité et la cohésion de la famille » il fait l'objet d'une protection toute particulière de la part du législateur.
Ce statut protecteur est d'autant plus renforcé en période de crise du couple et notamment en cas de divorce.
En cas de divorce, le logement familial connait un sort différent selon qu'il est la propriété des deux époux, la propriété d'un seul ou encore qu'il est un bien loué par les deux époux.
1. Sort du logement propriété des deux époux :
1.1 Il est toujours préférable que les époux recherchent un accord pour régler le sort de la résidence de la famille.
Ils peuvent en cours de procédure ou après le divorce décider de conserver le bien : - soit en l'attribuant à  l'un d'entre eux moyennant le versement d'une soulte, - soit en le maintenant dans l'indivision, au moins temporairement, pour vendre le bien à  terme ou permettre aux enfants de conserver pendant quelques années leur cadre de vie ; une convention d'indivision aménageant les modalités de ce maintien est alors conseillée.
Ils peuvent également décider la mise en vente immédiate du bien, et le Notaire chargé de recevoir l'acte de vente devra alors, s'agissant du logement de la famille, s'assurer tout particulièrement de la réalité du consentement des deux époux ; par ailleurs le produit de la vente ne pourra être distribué par le Notaire que du consentement des deux époux, selon les modalités de répartition convenues entre eux;
A noter qu'en cas de divorce par consentement mutuel la distribution du prix de vente doit coïncider avec le règlement du régime matrimonial, et la convention fera l'objet d'un acte notarié.
Si les époux sont en désaccord sur les modalités de répartition du prix de vente, le Notaire sera tenu de consigner le produit de la vente jusqu'au règlement définitif du régime matrimonial.

1.2 Si les époux sont en désaccord sur le sort du logement familial, il appartiendra alors au juge de trancher.

L'un des époux peut demander au juge l'attribution préférentielle du bien, sous réserve qu'il y habite effectivement au moment de l'ordonnance de non conciliation, cette exigence n'étant toutefois pas requise lorsqu'il a été contraint de fuir le domicile conjugal du fait des violences de son conjoint.
Le juge peut également autoriser au moment du prononcé du divorce le maintien du logement familial dans l'indivision, pour cinq années au maximum sauf à  être renouvelée en présence d'enfant mineurs jusqu'à  la majorité du plus jeune d'entre eux. Le maintien judiciaire dans l'indivision est une mesure plus exceptionnelle puisqu'elle fait obstacle au partage.
Enfin le juge du divorce peut décider d'attribuer le logement familial à  l'un des époux : - au titre de la prestation compensatoire ; le logement peut alors être attribué non seulement en pleine propriété mais encore sous forme d'un droit d'usufruit ou sous forme de droit d'usage et d'habitation, à  titre temporaire ou viager. - en exécution de l'obligation de l'autre conjoint de son obligation alimentaire vis-à -vis des enfants, l'attribution prenant la forme d'un abandon en usufruit du logement familial au bénéfice de l'époux qui réside avec les enfants.

2. Sort du logement familial, propriété de l'un des époux.

Une fois le divorce prononcé l'époux propriétaire reprend librement la jouissance et la disposition de son bien, même si celui a été pendant la procédure de divorce attribué en jouissance à  son conjoint.
Toutefois dans le souci de protéger le conjoint non propriétaire mais qui conserve à  titre principal la charge des enfants, la loi permet au juge de prendre des mesures exceptionnelles portant atteinte à  la propriété privée, en attribuant au conjoint non propriétaire le bien à  titre de prestation compensatoire, ou encore en lui permettant de bénéficier sur celui ci d'un bail forcé, dont la durée sera fixée par le juge, et qui sera éventuellement renouvelé jusqu'à  la majorité du plus jeune des enfants, le bail étant résiliable à  tout moment par le juge si des circonstances nouvelles le justifient (exemple : non paiement des loyers, modification de la résidence des enfants, remariage de l'époux bénéficiaire du bail, etc..).

3. Sort du logement familial, bien en location

Pendant le mariage, le droit au bail du local, sans caractère professionnel ou commercial, qui sert effectivement à  l'habitation des deux époux, est quel que soit leur régime matrimonial, et nonobstant toute convention contraire, même s'il a été conclu par l'un d'entre eux avant le mariage, réputé appartenir aux deux époux. (article 1751 du code civil)
Outre la solidarité des dettes de loyers, il résulte de ce principe que le congé adressé par l'un des époux au bailleur est efficace à  l'égard de cet époux mais est en revanche inopposable à  son conjoint qui conserve la qualité de locataire.
Réciproquement, la cotitularité oblige le bailleur à  exercer ses prérogatives à  l'endroit des deux époux, le congé adressé par le bailleur devant concrètement faire l'objet de deux lettres distinctes adressé à  chacun des époux.
Cette cotitularité issue de la loi perdure jusqu'à  la transcription du jugement de divorce sur les registres d'état civil, et le simple fait que le logement ait été par le passé le lieu d'habitation commun des deux époux suffit pour l'application de ce principe.
Au moment du divorce, le droit au bail peut être attribué à  l'un des époux, « en considération des intérêts sociaux et familiaux en cause », même si en pratique les juges utilisent assez peu cette possibilité.
A noter enfin qu'à  l'égard du bailleur, les époux restent solidaires des dettes de loyers, charges locatives et indemnités dues pour dégradation, et ce jusqu'à  la transcription du jugement de divorce sur les registre d'état civil. Il s'agit en effet d'une dette ménagère obligeant solidairement les deux époux, peu important que l'un des deux époux ait notifié au bailleur son départ du domicile conjugal par un congé régulier, à  la suite d'une autorisation de résider séparément donné par le juge.
Bien entendu ce principe de solidarité ne s'applique qu'au logement de la famille et ne concerne pas le logement loué par un des deux époux seul, après l'ordonnance de non conciliation.
Source : Eurojuris
(...) Lire la suite

Actualités récentes

Mécénat d'entreprise : la liste des prestations et produits en faveur des personnes en difficulté est fixée

22 / 09 / 20
Droit de l'Entreprise

Les versements effectués au profit des organismes sans but lucratif qui procèdent à la fourniture de prestations ou de produits à des personnes en difficulté ouvrent droit au mécénat d'entreprise au taux de 60 %. Un décret fixe la liste de ces prestations ou produits.

L’information au cœur du contrat de franchise

08 / 09 / 20
Droit du travail

L’obligation d’information du franchiseur est un fondement essentiel du contrat de franchise sous peine de nullité. Oumar Bah, Docteur en droit et juriste chez Qiiro nous éclaire sur le sujet.

Qui peut être déclaré « indigne » d’hériter ?

27 / 08 / 20
Droit de la Famille

La liste des indignités successorales a été allongée cet été, avec l’ajout, par exemple, des condamnations pour viol. Elle reste toutefois restrictive : n’est pas privé d’héritage celui qui a « juste » délaissé ses parents…

Donation avant cession et quasi-usufruit : abus de droit fiscal ?

18 / 08 / 20
Droit de la Famille

L’opération de donation avant cession permet de neutraliser la taxation des plus-values, puisque celle-ci est purgée par la donation.
Si la cession intervient peu après la donation l’espace-temps ne permet ...

Actualités juridiques - Archives

Actualités générales
Droit du travail
Informations Pratiques
Environnement
Droit de la Famille
Droit rural
Droit immobilier
Droit des nouvelles technologies
Droit de l'Entreprise



Véronique Meurin

Avocat associé | Spécialiste

Entrée à l’Ecole de Formation du Barreau, et a prêté serment en 1994 ; elle est titulaire d’un DESS de droit européen des affaires (Paris V) et d’un certificat de spécialisation en droit des personnes. Elle a intégré la SCP en 1997.
Titulaire d'un certificat de spécialisation en Droit des personnes et de la Famille

avocat meaux travail avocat meaux famille Activités dominantes

Travail et Famille
PMA – GPA don ovocytes, mère porteuse, procréation médicalement assistée, adoption, homoparentalité PENSION ALIMENTAIRE enfants, conjoint, parent placé PRESTATION COMPENSATOIRE conditions, montant, durée, révision, suppression en cas de décès, transformation de rente en capital PROTECTION DES MAJEURS : protection judiciaire ou conventionnelle, mandat de protection future, mandat posthume, abus de faiblesse, emprise, consentement aux soins, contrats de séjour et de service, aide alimentaire MARIAGE fiançailles, contrat de mariage, pacte de famille pour organiser la séparation de fait, contribution aux charges du mariage, annulation du mariage, bigamie MODES AMIABLES DE REGLEMENT DES CONFLITS médiation, procédure participative de mise en état, procédure participative assistée par avocats, processus collaboratif, négociation, négociation raisonnée LIBERALITES – DONATIONS - TESTAMENT avantages matrimoniaux, assurance vie, testament, donation simple, donation partage, donation transgénérationnelle LITIGES INTERNATIONAUX loi applicable, juge compétent, litispendance, saisine concommitante de plusieurs juridictions PACS contribution aux charges communes, déclaration de revenus, partage des biens, rupture de PACS PARTAGE DES BIENS avec ou sans bien immobilier, droit de partage, liquidation anticipée du partage, attribution préférentielle, liquidation du régime matrimonial SUCCESSION – HERITAGE décès, organisation des funérailles, héritage, contestation, annulation ou révocation de testament, recel successoral, legs, atteinte à la réserve, acte de notoriété, dévolution successorale, droits des héritiers, réintégration ou rapport des donations, abus de faiblesse TRANSMISSION DU PATRIMOINE assurance vie, régime matrimonial, avantage matrimonial, SCI, tontine, fiducie, démembrement de propriété VIOLENCES CONJUGALES Ordonnance de protection, éloignement du conjoint violent, mesures de protection pour les enfant, attribution du logement familial

François Dauptain

Avocat associé

Apres un cursus classique en faculté de droit, François Dauptain est entré à l’Ecole de Formation du Barreau. Il a prêté serment en 1994 et a intégré le cabinet Touraut et Associés en 1998.

avocat meaux famille avocat meaux immobilier Activités dominantes

Famille et patrimoine
Droit de garde et droit de visite des enfants Mariage et PACS Conseils, défense de vos droits et assistance lors d'une procédure de divorce Pension alimentaire: calcul, demande et revalorisation Etat civil et changement de nom ou prénom Assignations, référés, audiences de conciliation, appel d'un jugement Pension de réversion Calcul et fixation prestation compensatoire Protection du majeur incapable, tutelles et curatelles, sauvegarde de justice Divorce amiable par consentement mutuel et divorce pour faute Divorce pour altération du lien conjugal Assistance dans choix ou changement de régime matrimonial ISF et déclarations annuelles Transmission et optimisation du patrimoine Constitution et utilisation de SCI Protection du conjoint survivant Bilan et audit patrimonial, optimisation juridique et fiscale des actifs privés et professionnels Démembrement et indivision Contrat de mariage Héritages et droits des héritiers Contentieux successoral Testament et quotité disponible Assistance dans la gestion des conflits de succession Gestion des successions, donations, legs Responsabilité civile : dommages-intérêts, sinistres, indemnisation Successions, donations, héritages, tutelles, curatelles Droit patrimonial et stratégie de protection et de transmission du patrimoine Tutelles et curatelles, mandat de protection future Pension alimentaire, prestation compensatoire : calcul, revalorisation Conseil et assistance lors de procédures de divorce et séparation Divorces pour faute, divorces amiables par consentement mutuel Défense de vos droits en matière de garde des enfants et de droit de visite Mariage, Pacs, concubinage, état civil, changement de nom et prénom
Francois meurin avocat meaux

François Meurin

Avocat associé

Après un DESS en droit des affaires et fiscalité à l’université Paris II ASSAS, il est entré à l’Ecole de Formation du Barreau puis a prêté serment en 1994.
Il a intégré la SCP en 1998.

avocat meaux banque affaire avocat meaux assurance Activités dominantes

Affaires et Civil


Modal Dialog

This is a modal window. You can do the following things with it:

  • Read: modal windows will probably tell you something important so don't forget to read what they say.
  • Look: a modal window enjoys a certain kind of attention; just look at it and appreciate its presence.
  • Close: click on the button below to close the modal.