Responsabilité civile professionnelle

27 / 05 / 12
Informations Pratiques Droit de l'Entreprise
Un arrêt rendu le 4 mai 2012 par la Cour de Cassation vient apporter un éclairage intéressant sur les limites du devoir de conseil que doit accomplir le Notaire.


La faute du Notaire s'apprécie au regard des informations dont il disposait et des objectifs affichés par ses clients


(commentaire de Cass. Civ. 1, 4 mai 2012)
On le sait, depuis un revirement devenu un classique de la jurisprudence , le notaire n'est plus déchargé de son devoir de conseil par les connaissances de son client ( Cass. Civ. 1, 9 juin 1998 : pourvoi n°96-13785 ; Bull. Civ. I, n°205 et Cass. Civ. 1, 10 juillet 1995 : pourvoi n°93-16894 ; Bull. Civ. I, n°312). Évidemment, ce principe sévère est modéré par plusieurs exceptions permettant au professionnel de s'exonérer, notamment en cas de délit pénal du client ou de négligence lourde de sa part.
Un arrêt rendu le 4 mai 2012 par la Cour de Cassation vient apporter un éclairage intéressant sur les limites du devoir de conseil que doit accomplir le Notaire. On peut en outre penser que cette solution pourra être transposée à  d'autres professions réglementées.

© photlook - Fotolia.com
Pour faire simple, un Notaire avait créé une SCI familiale. Quelques jours plus tard, le mari, par l'intermédiaire du même Notaire, avait fait donation de ses parts à  son épouse et à  sa fille. Des créanciers de l'époux donateur, sur le fondement de l'action paulienne, ont obtenu en justice que cette donation leur soit déclarée inopposable et que les biens soient réintégrés dans le patrimoine du débiteur, outre la condamnation des deux époux à  des dommages et intérêts. On perçoit donc que le but réel de l'opération était visiblement d'échapper à  ces créanciers.
Dans un second temps, l'épouse condamnée a reproché au Notaire de « ne pas l'avoir informée des risques du montage juridique proposé ».
La Cour de Cassation, valide le raisonnement adopté par les juges du fond, lesquels avaient considéré que le montage répondait à  l'objectif affiché par les clients, à  savoir le remboursement d'une dette entre les époux et le partage du patrimoine immobilier avec leur fille. La Cour d'appel avait pris le soin de relever (par motifs propres et adoptés, selon la formule consacrée) que les époux n'avaient pas informé le notaire de leur situation financière et du litige les opposant à  leurs créanciers. La première chambre civile indique donc que la Cour « a pu décider qu'en l'état des informations dont il disposait et des objectifs affichés par ses clients, le notaire n'avait pas failli à  ses obligations professionnelles. »
Ce cas d'espèce (non publié au Bulletin, précisons-le) pose la question de la limite du devoir de conseil lorsque le client, sciemment ou non, n'apporte pas au professionnel les éléments nécessaires pour prodiguer un conseil complet.
On peut rapprocher cette décision d'un arrêt rendu le 3 septembre 2001 par la Cour d'appel de Nancy en matière de responsabilité d'avocat (CA Nancy, 3 septembre 2001 : arrêt n°1672/01 Juris Data), rédigé comme suit :
« Attendu qu'il appartient dès lors à  M. X de justifier des éléments qu'il a fournis ou qu'il était susceptible de fournir à  Me Y., si ce dernier le lui avait demandé, sur les circonstances de son licenciement et plus précisément sur la consistance et le bien fondé des reproches contenus dans le courrier du 14 novembre 1986, lesquels éléments devaient être de nature à  permettre à  Me Y. de présenter une argumentation ou de fournir des pièces pouvant utilement et efficacement répondre aux attentes des juges et ainsi assurer à  l'appelant des chances sérieuses de succès ;
Or attendu que force est de constater que M. X ne rapporte pas la preuve d'avoir pu fournir de tels éléments à  son avocat. »
Une espèce vient des juges du fond, l'autre des juges du droit. L'une concerne le contentieux, l'autre le conseil. Mais dans les deux cas, semble être consacrée l'exonération de responsabilité du professionnel lorsque son client ne lui a pas fourni les éléments nécessaires. En allant plus loin, on peut même y noter une inversion de la charge de la preuve : si le professionnel doit prouver qu'il a bien dispensé le conseil, il semblerait que ce soit au client d'établir qu'il lui a bien remis les éléments nécessaires pour se prononcer.
On peut cependant modérer la portée de ces décisions en pensant légitimement que la solution retenue est subordonnée, au cas par cas, à  la démonstration de la mauvaise foi du client, qui ne pouvait raisonnablement ignorer qu'il retenait l'information essentielle, ou qui était animé par un dessein secret. D'ailleurs, en glissant de la question de la faute à  celle de la perte de chance, on peut douter, au cas d'espèce, de ce que, même régulièrement informés, les clients du Notaire auraient décidé d'agir autrement. A défaut de démonstration d'une faute, la question n'a pas été étudiée.
Enfin, il convient de relativiser également la portée de ces décisions en rappelant que la jurisprudence reste attachée au devoir de curiosité qui pèse sur le professionnel, et qui prévaudra dans bien des cas. La jurisprudence dessine donc les limites strictes d'un principe qui reste néanmoins sévère et appelle les professionnels à  la plus grande vigilance.
Source : Eurojuris
(...) Lire la suite

Actualités récentes

Les étapes du divorce par consentement mutuel

28 / 10 / 20
Droit de la Famille

Le Divorce par consentement mutuel : par où commencer ?

Quel statut juridique adopter pour son entreprise ?

09 / 10 / 20
Droit de l'Entreprise

Vous souhaitez lancer votre activité mais vous vous perdez entre les multiples statuts juridiques existants. En effet, entre entreprise individuelle, SARL et SAS, les choix sont nombreux. PopCompta vous aide à y voir plus clair.

Mécénat d'entreprise : la liste des prestations et produits en faveur des personnes en difficulté est fixée

22 / 09 / 20
Droit de l'Entreprise

Les versements effectués au profit des organismes sans but lucratif qui procèdent à la fourniture de prestations ou de produits à des personnes en difficulté ouvrent droit au mécénat d'entreprise au taux de 60 %. Un décret fixe la liste de ces prestations ou produits.

L’information au cœur du contrat de franchise

08 / 09 / 20
Droit du travail

L’obligation d’information du franchiseur est un fondement essentiel du contrat de franchise sous peine de nullité. Oumar Bah, Docteur en droit et juriste chez Qiiro nous éclaire sur le sujet.

Actualités juridiques - Archives

Actualités générales
Droit du travail
Informations Pratiques
Environnement
Droit de la Famille
Droit rural
Droit immobilier
Droit des nouvelles technologies
Droit de l'Entreprise



Véronique Meurin

Avocat associé | Spécialiste

Entrée à l’Ecole de Formation du Barreau, et a prêté serment en 1994 ; elle est titulaire d’un DESS de droit européen des affaires (Paris V) et d’un certificat de spécialisation en droit des personnes. Elle a intégré la SCP en 1997.
Titulaire d'un certificat de spécialisation en Droit des personnes et de la Famille

avocat meaux travail avocat meaux famille Activités dominantes

Travail et Famille
PMA – GPA don ovocytes, mère porteuse, procréation médicalement assistée, adoption, homoparentalité PENSION ALIMENTAIRE enfants, conjoint, parent placé PRESTATION COMPENSATOIRE conditions, montant, durée, révision, suppression en cas de décès, transformation de rente en capital PROTECTION DES MAJEURS : protection judiciaire ou conventionnelle, mandat de protection future, mandat posthume, abus de faiblesse, emprise, consentement aux soins, contrats de séjour et de service, aide alimentaire MARIAGE fiançailles, contrat de mariage, pacte de famille pour organiser la séparation de fait, contribution aux charges du mariage, annulation du mariage, bigamie MODES AMIABLES DE REGLEMENT DES CONFLITS médiation, procédure participative de mise en état, procédure participative assistée par avocats, processus collaboratif, négociation, négociation raisonnée LIBERALITES – DONATIONS - TESTAMENT avantages matrimoniaux, assurance vie, testament, donation simple, donation partage, donation transgénérationnelle LITIGES INTERNATIONAUX loi applicable, juge compétent, litispendance, saisine concommitante de plusieurs juridictions PACS contribution aux charges communes, déclaration de revenus, partage des biens, rupture de PACS PARTAGE DES BIENS avec ou sans bien immobilier, droit de partage, liquidation anticipée du partage, attribution préférentielle, liquidation du régime matrimonial SUCCESSION – HERITAGE décès, organisation des funérailles, héritage, contestation, annulation ou révocation de testament, recel successoral, legs, atteinte à la réserve, acte de notoriété, dévolution successorale, droits des héritiers, réintégration ou rapport des donations, abus de faiblesse TRANSMISSION DU PATRIMOINE assurance vie, régime matrimonial, avantage matrimonial, SCI, tontine, fiducie, démembrement de propriété VIOLENCES CONJUGALES Ordonnance de protection, éloignement du conjoint violent, mesures de protection pour les enfant, attribution du logement familial

François Dauptain

Avocat associé

Apres un cursus classique en faculté de droit, François Dauptain est entré à l’Ecole de Formation du Barreau. Il a prêté serment en 1994 et a intégré le cabinet Touraut et Associés en 1998.

avocat meaux famille avocat meaux immobilier Activités dominantes

Famille et patrimoine
Droit de garde et droit de visite des enfants Mariage et PACS Conseils, défense de vos droits et assistance lors d'une procédure de divorce Pension alimentaire: calcul, demande et revalorisation Etat civil et changement de nom ou prénom Assignations, référés, audiences de conciliation, appel d'un jugement Pension de réversion Calcul et fixation prestation compensatoire Protection du majeur incapable, tutelles et curatelles, sauvegarde de justice Divorce amiable par consentement mutuel et divorce pour faute Divorce pour altération du lien conjugal Assistance dans choix ou changement de régime matrimonial ISF et déclarations annuelles Transmission et optimisation du patrimoine Constitution et utilisation de SCI Protection du conjoint survivant Bilan et audit patrimonial, optimisation juridique et fiscale des actifs privés et professionnels Démembrement et indivision Contrat de mariage Héritages et droits des héritiers Contentieux successoral Testament et quotité disponible Assistance dans la gestion des conflits de succession Gestion des successions, donations, legs Responsabilité civile : dommages-intérêts, sinistres, indemnisation Successions, donations, héritages, tutelles, curatelles Droit patrimonial et stratégie de protection et de transmission du patrimoine Tutelles et curatelles, mandat de protection future Pension alimentaire, prestation compensatoire : calcul, revalorisation Conseil et assistance lors de procédures de divorce et séparation Divorces pour faute, divorces amiables par consentement mutuel Défense de vos droits en matière de garde des enfants et de droit de visite Mariage, Pacs, concubinage, état civil, changement de nom et prénom
Francois meurin avocat meaux

François Meurin

Avocat associé

Après un DESS en droit des affaires et fiscalité à l’université Paris II ASSAS, il est entré à l’Ecole de Formation du Barreau puis a prêté serment en 1994.
Il a intégré la SCP en 1998.

avocat meaux banque affaire avocat meaux assurance Activités dominantes

Affaires, immobilier et Civil


Modal Dialog

This is a modal window. You can do the following things with it:

  • Read: modal windows will probably tell you something important so don't forget to read what they say.
  • Look: a modal window enjoys a certain kind of attention; just look at it and appreciate its presence.
  • Close: click on the button below to close the modal.