UEJF / Twitter : l'obligation de communication des données d'identification

20 / 03 / 13
Actualités générales
Le 24 janvier dernier, le TGI de Paris rendait une ordonnance de référé satisfaisant les prétentions d'associations contre le racisme. Encore faut-il que l'ordonnance obtienne l'exequatur devant les juridictions américaines...


La LCEN n'est pas une loi de police

Suite à  la publication, sur la plateforme du réseau de social TWITTER, de propos constitutifs d'injure raciale publique, de provocation à  la discrimination, la haine ou la violence nationale, raciale ou religieuse et de diffamation raciale publique, plusieurs associations de lutte contre les discriminations (l'UEFJ, l'AIPJ et le MRAP) ont engagé une action à  l'encontre de la société de droit américain TWITTER INC. Les demanderesses sollicitaient la condamnation de TWITTER d'une part à  communiquer les données de nature à  permettre l'identification des auteurs des tweets litigieux et d'autre part à  mettre en place un dispositif de signalement d'un contenu illicite. Ces demandes étaient formées principalement sur le fondement de la loi pour la confiance dans l'économie numérique du 21 juin 2004 (LCEN) et sur le décret 2011-2019 du 25 juin 2011. A titre subsidiaire, les demanderesses invoquaient l'article 145 du Code de Procédure civile. Le Tribunal de Grande Instance de Paris a fait droit aux demandes des associations et condamné la société TWITTER INC à  communiquer aux demanderesse les données en sa possession de nature à  permettre l'identification des auteurs des tweets litigieux et ce sous astreinte de 1.000 euros par jour de retard ainsi qu'à  mettre en place un dispositif facilement accessible et visible permettant de porter à  sa connaissance des contenus illicites, ce également sous astreinte. Si cette décision est remarquable par les condamnations prononcées, la motivation adoptée par le juge des référés doit également être relevée, ce dernier ayant écarté les dispositions de la LCEN, inapplicables en l'espèce, au profit de l'article 145 du Code de Procédure Civile. Toutefois, toute louable qu'est cette décision, son efficacité apparaà®t discutable. En effet, il est fort probable qu'elle se heurtera à  des difficultés majeures lors de son exécution. 1. / Les demandes des associations se trouvaient fondées, à  titre principal, sur l'article 6-II de la LCEN qui impose une obligation de conservation des données de nature à  permettre l'identification de quiconque a contribué à  la création d'un contenu publié sur internet. La société défenderesse, étant une société de droit américain, la question se posait de l'applicabilité de cette disposition. Pour justifier l'application de la loi française, les différentes associations demanderesses faisaient notamment valoir que : - La société TWITTER était bien établie en France au sens juridique et économique du terme compte tenu « de l'activité qu'elle y conduit et des recettes publicitaires qu'elle s'y procure ». - La loi du 21 juin 2004 constitue une loi de police et de sà»reté « en tant que texte protecteur des libertés publiques, les dispositions invoquées étant pénalement réprimées ». La société TWITTER INC contestait, quant à  elle, l'application de ces dispositions invoquant son statut d'entreprise américaine soumise aux lois de l'Etat de Californie. Elle contestait également le caractère de loi de police de la LCEN, cette dernière ne pouvant être qualifiée comme telle du seul fait qu'elle est pénalement sanctionnée. Il convient en effet de rappeler qu'une loi ne peut être considérée comme une loi de police que lorsqu'elle est jugée nécessaire à  la sauvegarde de l'organisation sociale, politique et économique du pays. Force est de convenir que la LCEN, malgré son importance en matière de droit du numérique, ne remplit pas les conditions pour être qualifiée de loi de police. C'est pourquoi, le Tribunal a considéré que « compte tenu de l'ensemble des ces éléments, il n'apparaà®t pas avec l'évidence requise en référé » que les dispositions de la LCEN « soient applicables en l'espèce ». 2. / Néanmoins, si l'application de la loi spéciale n'a pas été admise, le Tribunal a retenu l'application des dispositions de l'article 145 du Code de Procédure Civile qui permettent, en cas de motif légitime, d'ordonner toute mesure d'instruction nécessaire à  la conservation ou à  l'établissement avant tout procès de la preuve de faits « dont pourrait dépendre la solution d'un litige ». Or, comme il est relevé dans la décision, « la mise en uvre de telles mesures est soumise à  la loi française ». C'est donc à  ce motif que le Tribunal fait droit aux demandes des associations demanderesses notamment s'agissant de la communication des données permettant l'identification des auteurs des tweets litigieux. 3. / Toutefois, bien que les associations de lutte contre le racisme aient obtenu cette condamnation, il convient désormais de procéder à  son exécution, une partie qui pourrait s'avérer assez difficile. En effet, la société condamnée étant basée aux Etats-Unis, cette décision, rendue par une juridiction française, sur le fondement de la loi française n'a aucune force exécutoire sur le territoire où elle doit être exécutée. Son exécution dépend donc de la bonne volonté de la société TWITTER INC. Or, il ne faut pas oublier que dans ses écritures, TWITTER acceptait de communiquer les données sollicitées par les associations « exclusivement dans le cadre d'une commission rogatoire internationale » ou « sous réserve que les demanderesses procèdent à  l'exequatur de la décision du juge français auprès des juridictions californiennes ». Au vu de ces développements, il est permis de douter du fait que la société TWITTER INC. exécute de son plein gré l'ordonnance de référé et ce malgré l'astreinte qui accompagne les condamnations prononcées. On retrouve ici une des difficultés procédurales majeures liées au caractère transfrontière d'Internet auquel la nature territoriale des législations nationales n'est pas adaptée. Coyright image : Fotolia.com Source : Eurojuris
(...) Lire la suite



Actualités récentes

Pablo, 29 ans, a menacé un instituteur

04 / 05 / 22
Actualités générales

Le 14 avril, la 13e chambre correctionnelle de Créteil examinait le cas d’un instituteur agressé par un parent devant une école primaire d’Ivry.

Une semaine de jurisprudence sociale à la Cour de cassation

29 / 04 / 22
Informations Pratiques

EFL a sélectionné pour vous les arrêts les plus marquants rendus cette semaine par la Cour de cassation.

Tribunal de Meaux : L’inconséquence d’un chef de chantier

15 / 04 / 22
Actualités générales

Les ouvriers intervenaient sur un chantier non déclaré. Ils n’étaient pas formés aux métiers du bâtiment.

Audiences filmées : quelles sont les règles d’enregistrement et de diffusion ?

04 / 04 / 22
Actualités générales

Portant application des dispositions de l’article 38 quater de la loi du 29 juillet 1881, introduit par la loi du 22 décembre 2021, relatives à l’enregistrement sonore ou audiovisuel des audiences des juridictions, le décret et l’arrêté du 31 mars 2022 (1) précisent les conditions dans lesquelles ces enregistrements peuvent être réalisés et diffusés.



Veronique meurin avocat famille meaux

Véronique Meurin

Avocat associé | Spécialiste

Entrée à l’Ecole de Formation du Barreau, et a prêté serment en 1994 ; elle est titulaire d’un DESS de droit européen des affaires (Paris V) et d’un certificat de spécialisation en droit des personnes. Elle a intégré la SCP en 1997.
Titulaire d'un certificat de spécialisation en Droit des personnes et de la Famille


avocat meaux travail avocat meaux famille Activités dominantes

Travail et Famille
PMA – GPA don ovocytes, mère porteuse, procréation médicalement assistée, adoption, homoparentalité PENSION ALIMENTAIRE enfants, conjoint, parent placé PRESTATION COMPENSATOIRE conditions, montant, durée, révision, suppression en cas de décès, transformation de rente en capital PROTECTION DES MAJEURS : protection judiciaire ou conventionnelle, mandat de protection future, mandat posthume, abus de faiblesse, emprise, consentement aux soins, contrats de séjour et de service, aide alimentaire MARIAGE fiançailles, contrat de mariage, pacte de famille pour organiser la séparation de fait, contribution aux charges du mariage, annulation du mariage, bigamie MODES AMIABLES DE REGLEMENT DES CONFLITS médiation, procédure participative de mise en état, procédure participative assistée par avocats, processus collaboratif, négociation, négociation raisonnée LIBERALITES – DONATIONS - TESTAMENT avantages matrimoniaux, assurance vie, testament, donation simple, donation partage, donation transgénérationnelle LITIGES INTERNATIONAUX loi applicable, juge compétent, litispendance, saisine concommitante de plusieurs juridictions PACS contribution aux charges communes, déclaration de revenus, partage des biens, rupture de PACS PARTAGE DES BIENS avec ou sans bien immobilier, droit de partage, liquidation anticipée du partage, attribution préférentielle, liquidation du régime matrimonial SUCCESSION – HERITAGE décès, organisation des funérailles, héritage, contestation, annulation ou révocation de testament, recel successoral, legs, atteinte à la réserve, acte de notoriété, dévolution successorale, droits des héritiers, réintégration ou rapport des donations, abus de faiblesse TRANSMISSION DU PATRIMOINE assurance vie, régime matrimonial, avantage matrimonial, SCI, tontine, fiducie, démembrement de propriété VIOLENCES CONJUGALES Ordonnance de protection, éloignement du conjoint violent, mesures de protection pour les enfant, attribution du logement familial
Francois dauptain avocat famille meaux

François Dauptain

Avocat associé

Après un cursus classique en faculté de droit, François Dauptain est entré à l’Ecole de Formation du Barreau. Il a prêté serment en 1994 et a intégré le cabinet Touraut et Associés en 1998.


avocat meaux famille avocat meaux immobilier Activités dominantes

Famille et patrimoine
Droit de garde et droit de visite des enfants Mariage et PACS Conseils, défense de vos droits et assistance lors d'une procédure de divorce Pension alimentaire: calcul, demande et revalorisation Etat civil et changement de nom ou prénom Assignations, référés, audiences de conciliation, appel d'un jugement Pension de réversion Calcul et fixation prestation compensatoire Protection du majeur incapable, tutelles et curatelles, sauvegarde de justice Divorce amiable par consentement mutuel et divorce pour faute Divorce pour altération du lien conjugal Assistance dans choix ou changement de régime matrimonial ISF et déclarations annuelles Transmission et optimisation du patrimoine Constitution et utilisation de SCI Protection du conjoint survivant Bilan et audit patrimonial, optimisation juridique et fiscale des actifs privés et professionnels Démembrement et indivision Contrat de mariage Héritages et droits des héritiers Contentieux successoral Testament et quotité disponible Assistance dans la gestion des conflits de succession Gestion des successions, donations, legs Responsabilité civile : dommages-intérêts, sinistres, indemnisation Successions, donations, héritages, tutelles, curatelles Droit patrimonial et stratégie de protection et de transmission du patrimoine Tutelles et curatelles, mandat de protection future Pension alimentaire, prestation compensatoire : calcul, revalorisation Conseil et assistance lors de procédures de divorce et séparation Divorces pour faute, divorces amiables par consentement mutuel Défense de vos droits en matière de garde des enfants et de droit de visite Mariage, Pacs, concubinage, état civil, changement de nom et prénom
Francois meurin avocat meaux

François Meurin

Avocat associé

Après un DESS en droit des affaires et fiscalité à l’université Paris II ASSAS, il est entré à l’Ecole de Formation du Barreau puis a prêté serment en 1994.
Il a intégré la SCP en 1998.


avocat meaux banque affaire avocat meaux assurance Activités dominantes

Affaires, immobilier et Civil


Modal Dialog

This is a modal window. You can do the following things with it:

  • Read: modal windows will probably tell you something important so don't forget to read what they say.
  • Look: a modal window enjoys a certain kind of attention; just look at it and appreciate its presence.
  • Close: click on the button below to close the modal.