Faute inexcusable de l'employeur

29 / 06 / 12
Actualités générales Droit du travail
Dans un arrêt du 10 mai, la Cour d'appel considère que Renault n'a pas pris les mesures nécessaires pour préserver le salarié du danger auquel il était exposé en raison de la pénibilité avérée de ses conditions de travail et de la dégradation de celle-ci.


L'employeur jugé coupable d'une faute « inexcusable » après le suicide d'un salarié


CA Versailles, 10 mai 2012, n° 10/05488, Tizon et a. SA c/ Renault et a.
Dans un arrêt du 10 mai 2012, la 5ème chambre de la Cour d'appel de Versailles considère que « Renault n'a pas pris les mesures nécessaires pour préserver le salarié du danger auquel il était exposé en raison de la pénibilité avérée de ses conditions de travail et de la dégradation de celle-ci ».
Le Tribunal des affaires de sécurité sociale de Versailles avait écarté en première instance en novembre 2010 la « faute inexcusable » de Renault pour expliquer la mort de cet homme, employé comme technicien informatique sur le Technocentre de Guyancourt (Yvelines).
Avec cet arrêt, la Cour d'appel de Versailles confirme le danger pour l'employeur, en cas de suicide qualifié d'accident du travail, de se voir accuser de faute inexcusable.

© vector_master - Fotolia.com

I. La qualification en accident du travail


Pour être qualifié d'accident du travail, le suicide doit, conformément aux dispositions de l'article L. 411-1 du Code du travail , et quelle qu'en soit sa cause, survenir par le fait ou à  l'occasion du travail. Il doit donc intervenir au temps et au lieu du travail.
Qu'en est-il en cas de suicide intervenu en dehors du temps et du lieu de travail ? Il peut également être qualifié d'accident du travail si les ayants droit de la victime rapportent la preuve du lien avec le travail.
C'est ce qu'a jugé pour la première fois la Cour de cassation dans un arrêt du 22 février 2007 dans un cas de suicide intervenu au domicile du salarié, alors que celui-ci se trouvait en arrêt maladie. Elle affirme qu'« un accident qui se produit à  un moment où le salarié ne se trouve plus sous la subordination de l'employeur constitue un accident du travail dès lors que le salarié établit qu'il est survenu par le fait du travail » ( Cass. Civ 2ème, 22 février 2007, n° 05-13.771 ).
Elle a également retenu la qualification d'accident du travail dans le cas d'une rupture d'anévrisme d'une salariée se rendant à  son travail dès lors que la victime, qui s'apprêtait à  reprendre son activité professionnelle, se trouvait en état de stress ce jour-là , et que la caisse primaire d'assurance maladie ne rapportait pas la preuve que l'accident avait une cause totalement étrangère au travail. La présomption d'imputabilité édictée par l'article L. 411-1 du code de la sécurité sociale dont bénéficiait la salariée n'était donc pas détruite ( 2e Civ., 5 juin 2008, pourvoi n° 07-14.150 ).
Cependant, la qualification en accident du travail ne permet qu'une indemnisation forfaitaire des ayants droits de la victime, excluant par là -même une réparation de l'ensemble des préjudices subis (tel que le préjudice personnel lié aux souffrances physiques avant le suicide, le préjudice moral, esthétique, économique). Elle exclut l'action en responsabilité civile à  l'encontre de l'employeur.
D'où la tentation grandissante de faire reconnaà®tre dans de telles hypothèses une faute inexcusable de l'employeur.


II. La qualification de faute inexcusable de l'employeur


En effet, la reconnaissance d'une faute inexcusable de l'employeur permet d'obtenir la majoration de la rente, conformément aux dispositions de l' article L. 452-1 du Code de la sécurité sociale , de telle sorte que le total des rentes et des majorations ne puisse pas dépasser le montant du salaire annuel. Depuis une décision du Conseil constitutionnel du 18 juin 2010 n° 2010-8 QPC et un arrêt de la Cour de cassation de 2011 ( Cass. 2ème civ., 30 juin 2011, n° 10-19.475 ), cette reconnaissance ouvre également droit non seulement à  la réparation de l'ensemble des chefs de préjudice énumérés par l'article L. 452-3 du Code de la sécurité sociale, mais également de l'ensemble des dommages non couverts par le livre IV du Code de la sécurité sociale.
La faute inexcusable de l'employeur est définie par la jurisprudence comme un manquement à  son obligation de sécurité de résultat.
En vertu du contrat de travail qui le lie à  son salarié, l'employeur est tenu d'une obligation de sécurité de résultat envers celui-ci. Ainsi, l'article L. 4121-1 du Code du travail énonce que l'employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer et protéger la santé physique et mentale de ses salariés.
De façon générale, le manquement à  cette obligation revêt le caractère d'une faute inexcusable lorsque l'employeur avait ou aurait dà» avoir conscience du danger auquel était exposé le salarié et qu'il n'a pas pris les mesures nécessaires pour l'en préserver. A cet égard, il est indifférent que la faute inexcusable commise par l'employeur ait été ou non la cause déterminante de l'accident survenu au salarié. Il suffit qu'elle en soit une cause nécessaire pour que la responsabilité de l'employeur soit engagée, alors même que d'autres fautes auraient concouru au dommage. Les ayants droits de la victime doivent donc caractériser la conscience du danger de l'employeur et l'absence de mesures de protection.
Dans cet arrêt, la Cour d'appel de Versailles a accordé au père de la victime la somme de 30.000 euros à  titre de dommages et intérêts pour préjudice moral et pris en compte la souffrance personnelle du salarié avant son suicide en octroyant 5.000 euros pour chacun des ayants droit à  titre d'indemnisation.
Après une vague de suicides de salariés du Technocentre de Guyancourt en février 2007, le Parquet de Versailles avait ouvert une enquête préliminaire, classée sans suite en janvier 2009.
La troisième espèce vient de donner lieu à  un jugement du Conseil de Prud'hommes de Versailles du 30 mai 2012, dans lequel le Conseil de Prud'hommes de Versailles a alloué à  Mme D. la somme de 5.000 euros sur le fondement du droit de mener une vie familiale normale reconnu par le Conseil constitutionnel et consacré par l'article 8 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'Homme.
Dans ces deux espèces, il est frappant de constater que les juges retiennent l'absence de contrôle de la charge et des horaires de travail du salarié comme facteur ayant contribué à  une dégradation continue des conditions de travail du salarié.
La problématique des risques psychosociaux doit donc être prise très au sérieux par l'employeur, compte tenu des conséquences très dissuasives que cela peut entraà®ner d'un point de vue sanctionnateur et indemnitaire.
Source : Eurojuris
(...) Lire la suite



Actualités récentes

Impôts sur le revenu: pourquoi nous attendons le dernier moment pour faire notre déclaration

21 / 07 / 21
Informations Pratiques

Reporter au lendemain les tâches administratives est une fâcheuse tendance pour bien des Français. Résultat: nous sommes nombreux à saisir notre déclaration d'impôts au dernier moment.

Droits de succession: comment faire si vous ne pouvez pas les payer?

10 / 07 / 21
Informations Pratiques

CONSEILS - Parfois, hériter génère des droits de succession auxquels il est impossible de faire face dans le délai légal de six mois. Trois solutions pour régulariser la situation.

La pratique évolue avec les MARD

02 / 07 / 21
Actualités générales

Le Conseil national des barreaux encourage et accompagne le développement des pratiques professionnelles innovantes telles que les MARD.

La mention du lieu de travail dans le contrat de travail

18 / 06 / 21
Droit du travail

Généralement, il n’est pas rare de trouver dans tout contrat de travail une clause relative au lieu de travail et ceci, dans le but d’informer, au mieux, le salarié sur ses conditions de travail.




Véronique Meurin

Avocat associé | Spécialiste

Entrée à l’Ecole de Formation du Barreau, et a prêté serment en 1994 ; elle est titulaire d’un DESS de droit européen des affaires (Paris V) et d’un certificat de spécialisation en droit des personnes. Elle a intégré la SCP en 1997.
Titulaire d'un certificat de spécialisation en Droit des personnes et de la Famille

avocat meaux travail avocat meaux famille Activités dominantes

Travail et Famille
PMA – GPA don ovocytes, mère porteuse, procréation médicalement assistée, adoption, homoparentalité PENSION ALIMENTAIRE enfants, conjoint, parent placé PRESTATION COMPENSATOIRE conditions, montant, durée, révision, suppression en cas de décès, transformation de rente en capital PROTECTION DES MAJEURS : protection judiciaire ou conventionnelle, mandat de protection future, mandat posthume, abus de faiblesse, emprise, consentement aux soins, contrats de séjour et de service, aide alimentaire MARIAGE fiançailles, contrat de mariage, pacte de famille pour organiser la séparation de fait, contribution aux charges du mariage, annulation du mariage, bigamie MODES AMIABLES DE REGLEMENT DES CONFLITS médiation, procédure participative de mise en état, procédure participative assistée par avocats, processus collaboratif, négociation, négociation raisonnée LIBERALITES – DONATIONS - TESTAMENT avantages matrimoniaux, assurance vie, testament, donation simple, donation partage, donation transgénérationnelle LITIGES INTERNATIONAUX loi applicable, juge compétent, litispendance, saisine concommitante de plusieurs juridictions PACS contribution aux charges communes, déclaration de revenus, partage des biens, rupture de PACS PARTAGE DES BIENS avec ou sans bien immobilier, droit de partage, liquidation anticipée du partage, attribution préférentielle, liquidation du régime matrimonial SUCCESSION – HERITAGE décès, organisation des funérailles, héritage, contestation, annulation ou révocation de testament, recel successoral, legs, atteinte à la réserve, acte de notoriété, dévolution successorale, droits des héritiers, réintégration ou rapport des donations, abus de faiblesse TRANSMISSION DU PATRIMOINE assurance vie, régime matrimonial, avantage matrimonial, SCI, tontine, fiducie, démembrement de propriété VIOLENCES CONJUGALES Ordonnance de protection, éloignement du conjoint violent, mesures de protection pour les enfant, attribution du logement familial

François Dauptain

Avocat associé

Apres un cursus classique en faculté de droit, François Dauptain est entré à l’Ecole de Formation du Barreau. Il a prêté serment en 1994 et a intégré le cabinet Touraut et Associés en 1998.

avocat meaux famille avocat meaux immobilier Activités dominantes

Famille et patrimoine
Droit de garde et droit de visite des enfants Mariage et PACS Conseils, défense de vos droits et assistance lors d'une procédure de divorce Pension alimentaire: calcul, demande et revalorisation Etat civil et changement de nom ou prénom Assignations, référés, audiences de conciliation, appel d'un jugement Pension de réversion Calcul et fixation prestation compensatoire Protection du majeur incapable, tutelles et curatelles, sauvegarde de justice Divorce amiable par consentement mutuel et divorce pour faute Divorce pour altération du lien conjugal Assistance dans choix ou changement de régime matrimonial ISF et déclarations annuelles Transmission et optimisation du patrimoine Constitution et utilisation de SCI Protection du conjoint survivant Bilan et audit patrimonial, optimisation juridique et fiscale des actifs privés et professionnels Démembrement et indivision Contrat de mariage Héritages et droits des héritiers Contentieux successoral Testament et quotité disponible Assistance dans la gestion des conflits de succession Gestion des successions, donations, legs Responsabilité civile : dommages-intérêts, sinistres, indemnisation Successions, donations, héritages, tutelles, curatelles Droit patrimonial et stratégie de protection et de transmission du patrimoine Tutelles et curatelles, mandat de protection future Pension alimentaire, prestation compensatoire : calcul, revalorisation Conseil et assistance lors de procédures de divorce et séparation Divorces pour faute, divorces amiables par consentement mutuel Défense de vos droits en matière de garde des enfants et de droit de visite Mariage, Pacs, concubinage, état civil, changement de nom et prénom
Francois meurin avocat meaux

François Meurin

Avocat associé

Après un DESS en droit des affaires et fiscalité à l’université Paris II ASSAS, il est entré à l’Ecole de Formation du Barreau puis a prêté serment en 1994.
Il a intégré la SCP en 1998.

avocat meaux banque affaire avocat meaux assurance Activités dominantes

Affaires, immobilier et Civil


Modal Dialog

This is a modal window. You can do the following things with it:

  • Read: modal windows will probably tell you something important so don't forget to read what they say.
  • Look: a modal window enjoys a certain kind of attention; just look at it and appreciate its presence.
  • Close: click on the button below to close the modal.