Rapatrier un expatrié: le formalisme est indispensable

01 / 02 / 13
Droit du travail Informations Pratiques
Mobilité oblige, les expatriés sont de plus en plus nombreux à  l'ère de la mondialisation. Une fois leur mission achevée les conditions de leur réintégration se posent avec une acuité certaine.


La nécessite d'une réintégration formellement formulée


De nombreuses entreprises françaises envoient régulièrement en mission, pour une plus ou moins longue durée, des salariés à  l'étranger dans le cadre d'un détachement ou d'une expatriation.
Pour ce faire, un contrat de travail international doit être conclu entre les parties prévoyant notamment les conditions d'exécution de la mission à  l'étranger et le sort du contrat de travail d'origine.

Mais, il faut également être très vigilant aux conséquences de la fin de la mission à  l'étranger, à  savoir le rapatriement en France et la réintégration dans l'entreprise d'origine. Ces conditions de rapatriement et de réintégration peuvent avoir trois sources juridiques.
Jusqu'à  présent, les parties pouvaient se satisfaire de clauses figurant dans le contrat de travail international (ordre de mission, avenant, contrat), voir des dispositions des conventions collectives (par exemple dans la métallurgie ou la chimie), ou des dispositions du code du travail (dans la situation particulière d'un salarié mis à  disposition d'une filiale étrangère par la société mère).
L'arrêt rendu par la Cour de cassation en date du 21 novembre 2012 (n° de pourvoi 10-17978) formalise désormais la mise en uvre de l'obligation de rapatriement et de réintégration.
L'employeur a l'obligation d'informer au préalable (avant son rapatriement) le salarié du contenu et des conditions d'occupation du poste qu'il retrouvera en France.
En l'espèce, un salarié engagé par une société française en 1986 en qualité d'attaché de direction, est à  partir de juillet 1992 envoyé en mission à  l'étranger pour, à  compter du mois de mai 1999, exercer ses fonctions au Brésil. En 2000, il est nommé directeur général de la filiale brésilienne de la société pour 3 ans. A compter de 2003, il assurera les fonctions de directeur général d'une filiale de cette société brésilienne pour 3 ans au titre d'un mandat social. Son contrat de travail français est donc suspendu le temps de la mission d'expatriation. Ce mandat sera révoqué en décembre 2006. La société française d'origine organise alors son rapatriement en France à  compter du 15 janvier 2007 pour l'affecter à  la Direction générale à  Paris en tant que responsable de la direction de l'internet monde, poste spécifiquement créé. Le salarié refuse d'occuper le poste et prend acte de la rupture de son contrat de travail aux torts de l'employeur par courrier en date du 8 janvier 2007, intègre un nouveau poste au sein d'une banque brésilienne le 9 février 2007 et saisit les juridictions prud'homales françaises le 28 février 2007.
Aucune condition relative aux modalités de réintégration n'avait été clairement définies et arrêtées avec le salarié de sorte que la Cour d'appel de Paris avait pu considérer la prise d'acte de la rupture justifiée à  raison du fait «qu'il lui était demandé de rejoindre un poste en France non défini et sans avoir fait d'offre sérieuse de réintégration précise et appropriée à  sa qualification et son ancienneté au service de la banque».
La Cour de cassation confirme l'arrêt rendu par la Cour d'appel de Paris : le salarié expatrié «qui fait l'objet d'une mesure de rapatriement en France sans bénéficier d'une offre de réintégration sérieuse, précise et compatible avec l'importance de ses précédentes fonctions au sein de la société mère» et «qu'aucun accord exprès de l'intéressé sur ce nouveau poste n'était intervenu, en a déduit, que la prise d'acte de la rupture était justifiée».
Il en ressort les principes suivants :
- Avant d'engager toute mesure de rapatriement du salarié expatrié en France, l'employeur doit présenter au salarié une offre écrite de réintégration sérieuse, précise et compatible avec l'importance de ses précédentes fonctions au sein de la société mère (contenu exact du poste et des conditions d'emploi en terme de salaire, de classification, de statut de poste, d'attributions etc)
- Il doit enfin recueillir l'accord exprès et préalable du salarié avant de l'affecter au poste.
- Si le salarié refuse, l'employeur devra lui proposer un autre poste plus compatible avec ses fonctions antérieures ou engager une procédure de licenciement, sachant que le simple refus du salarié ne constituera pas une cause réelle et sérieuse de rupture.
La Cour sanctionne donc l'absence de formalisation des conditions du rapatriement et de réintégration du salarié chez son employeur d'origine en reconnaissant la prise d'acte de la rupture du contrat de travail aux torts de l'employeur.
Coyright image : © Mimi Potter - Fotolia.com Source : Eurojuris
(...) Lire la suite



Actualités récentes

Le nouveau DPE ne serait pas fiable...

21 / 10 / 21
Droit immobilier

Pour rappel, depuis le 1er juillet 2021, le DPE (Diagnostics de Performance énergétique) n'est plus informatif mais opposable. Les DPE réalisés depuis le 1er juillet 2021 présentent des « anomalies ».
 

Salaires dans la fonction publique hospitalière (FPH) : en baisse de 0,8% en 2019

24 / 09 / 21
Droit du travail

Fonctionnaires, contractuels, personnels médicaux : les agents de la fonction publique hospitalière (FPH) gagnent en moyenne 2 315 euros en net par mois en 2019, soit une baisse de 0,8% en euros constants. Et si des disparités salariales persistent dans la FPH, elles diminuent néanmoins légèrement selon les chiffres de l'Insee publiés récemment.

Logement : 3,2 millions de résidences secondaires

01 / 09 / 21
Actualités générales

La France (hors Mayotte) comptait 3,2 millions de résidences secondaires au sens fiscal en 2017, soit un logement sur dix. Parmi ces résidences, 40% se situent sur le littoral, 16% en altitude et 12% dans les agglomérations du Grand Paris, de Lyon, Toulouse et Bordeaux. Leurs détenteurs sont en général aisés et âgés de plus de 60 ans.

Énergies renouvelables : 19,1% de la consommation finale d'énergie en 2020

20 / 08 / 21
Environnement

En 2020, les énergies renouvelables représentent 19,1% de la consommation brute finale d'énergie. Leur part progresse de 10 points depuis 2005 mais elle reste en-deçà de l’objectif de 23% que la France s’était fixé. Cet objectif est porté à 33% pour 2030.




Véronique Meurin

Avocat associé | Spécialiste

Entrée à l’Ecole de Formation du Barreau, et a prêté serment en 1994 ; elle est titulaire d’un DESS de droit européen des affaires (Paris V) et d’un certificat de spécialisation en droit des personnes. Elle a intégré la SCP en 1997.
Titulaire d'un certificat de spécialisation en Droit des personnes et de la Famille

avocat meaux travail avocat meaux famille Activités dominantes

Travail et Famille
PMA – GPA don ovocytes, mère porteuse, procréation médicalement assistée, adoption, homoparentalité PENSION ALIMENTAIRE enfants, conjoint, parent placé PRESTATION COMPENSATOIRE conditions, montant, durée, révision, suppression en cas de décès, transformation de rente en capital PROTECTION DES MAJEURS : protection judiciaire ou conventionnelle, mandat de protection future, mandat posthume, abus de faiblesse, emprise, consentement aux soins, contrats de séjour et de service, aide alimentaire MARIAGE fiançailles, contrat de mariage, pacte de famille pour organiser la séparation de fait, contribution aux charges du mariage, annulation du mariage, bigamie MODES AMIABLES DE REGLEMENT DES CONFLITS médiation, procédure participative de mise en état, procédure participative assistée par avocats, processus collaboratif, négociation, négociation raisonnée LIBERALITES – DONATIONS - TESTAMENT avantages matrimoniaux, assurance vie, testament, donation simple, donation partage, donation transgénérationnelle LITIGES INTERNATIONAUX loi applicable, juge compétent, litispendance, saisine concommitante de plusieurs juridictions PACS contribution aux charges communes, déclaration de revenus, partage des biens, rupture de PACS PARTAGE DES BIENS avec ou sans bien immobilier, droit de partage, liquidation anticipée du partage, attribution préférentielle, liquidation du régime matrimonial SUCCESSION – HERITAGE décès, organisation des funérailles, héritage, contestation, annulation ou révocation de testament, recel successoral, legs, atteinte à la réserve, acte de notoriété, dévolution successorale, droits des héritiers, réintégration ou rapport des donations, abus de faiblesse TRANSMISSION DU PATRIMOINE assurance vie, régime matrimonial, avantage matrimonial, SCI, tontine, fiducie, démembrement de propriété VIOLENCES CONJUGALES Ordonnance de protection, éloignement du conjoint violent, mesures de protection pour les enfant, attribution du logement familial

François Dauptain

Avocat associé

Après un cursus classique en faculté de droit, François Dauptain est entré à l’Ecole de Formation du Barreau. Il a prêté serment en 1994 et a intégré le cabinet Touraut et Associés en 1998.

avocat meaux famille avocat meaux immobilier Activités dominantes

Famille et patrimoine
Droit de garde et droit de visite des enfants Mariage et PACS Conseils, défense de vos droits et assistance lors d'une procédure de divorce Pension alimentaire: calcul, demande et revalorisation Etat civil et changement de nom ou prénom Assignations, référés, audiences de conciliation, appel d'un jugement Pension de réversion Calcul et fixation prestation compensatoire Protection du majeur incapable, tutelles et curatelles, sauvegarde de justice Divorce amiable par consentement mutuel et divorce pour faute Divorce pour altération du lien conjugal Assistance dans choix ou changement de régime matrimonial ISF et déclarations annuelles Transmission et optimisation du patrimoine Constitution et utilisation de SCI Protection du conjoint survivant Bilan et audit patrimonial, optimisation juridique et fiscale des actifs privés et professionnels Démembrement et indivision Contrat de mariage Héritages et droits des héritiers Contentieux successoral Testament et quotité disponible Assistance dans la gestion des conflits de succession Gestion des successions, donations, legs Responsabilité civile : dommages-intérêts, sinistres, indemnisation Successions, donations, héritages, tutelles, curatelles Droit patrimonial et stratégie de protection et de transmission du patrimoine Tutelles et curatelles, mandat de protection future Pension alimentaire, prestation compensatoire : calcul, revalorisation Conseil et assistance lors de procédures de divorce et séparation Divorces pour faute, divorces amiables par consentement mutuel Défense de vos droits en matière de garde des enfants et de droit de visite Mariage, Pacs, concubinage, état civil, changement de nom et prénom
Francois meurin avocat meaux

François Meurin

Avocat associé

Après un DESS en droit des affaires et fiscalité à l’université Paris II ASSAS, il est entré à l’Ecole de Formation du Barreau puis a prêté serment en 1994.
Il a intégré la SCP en 1998.

avocat meaux banque affaire avocat meaux assurance Activités dominantes

Affaires, immobilier et Civil


Modal Dialog

This is a modal window. You can do the following things with it:

  • Read: modal windows will probably tell you something important so don't forget to read what they say.
  • Look: a modal window enjoys a certain kind of attention; just look at it and appreciate its presence.
  • Close: click on the button below to close the modal.